résidence


résidence

résidence [ rezidɑ̃s ] n. f.
• 1271; lat. residentia
1Séjour effectif et obligatoire en un lieu; obligation de résider. Emploi, charge qui demande résidence. La résidence d'un magistrat, d'un évêque. Par ext. Durée de ce séjour.
Spécialt Assignation à résidence. Résidence forcée, surveillée (d'une personne astreinte par décision de justice à rester dans un lieu).
2(1283) Le fait de demeurer habituellement dans un lieu; ce lieu. demeure, habitation, séjour. « Durant les cinq ans de ma résidence » (Baudelaire) . Avoir, établir, fixer sa résidence quelque part. Changer sa résidence. « Les maisons semblaient être de résidence bourgeoise » (Romains) . Résidence virilocale. Dr. Lieu où une personne habite effectivement durant un certain temps (ou a un centre d'activités), sans y avoir nécessairement son domicile. Certificat de résidence. Résidence principale.
3(1825) Lieu construit, généralement luxueux, où l'on réside. demeure, logement, maison. « Plus d'un, en apercevant ces coquettes résidences, si tranquilles, enviait d'en être le propriétaire » (Flaubert). Une somptueuse résidence ( résidentiel) . « Il reçoit dans cette résidence princière le feuilletonniste d'un de nos grands journaux » (Balzac).
Résidence secondaire : maison de vacances, de week-end.
(v. 1960) Groupe d'immeubles résidentiels assez luxueux. La Résidence X.
Immeuble ou groupe d'immeubles offrant certains services. Résidence pour personnes âgées.
4Anciennt Charge de résident; lieu où habite un résident, où se tiennent ses services. La Résidence de Rabat (à l'époque du protectorat).

résidence nom féminin (latin médiéval residentia, du latin classique residere, séjourner) Fait de demeurer habituellement en un lieu déterminé ; cette habitation elle-même : Établir sa résidence à Lyon. Lieu où réside un personnage officiel, un chef d'État, etc. : La résidence d'un ambassadeur. Groupe d'habitations d'un certain confort : Une résidence avec piscine et tennis. Anthropologie Lieu où habitent les jeunes époux et envisagé par rapport à leur famille d'origine. (Dans les cas les plus fréquents, la résidence est virilocale, uxorilocale, patrilocale, matrilocale.) ● résidence (expressions) nom féminin (latin médiéval residentia, du latin classique residere, séjourner) Résidence mobile, synonyme de mobil-home. Résidence principale, lieu d'habitation où l'on a fait élection de domicile. Résidence secondaire, lieu d'habitation destiné le plus souvent aux séjours de vacances ou de week-end. Résidence universitaire, ensemble de locaux d'habitation publics mis à la disposition des étudiants bénéficiaires des œuvres sociales universitaires. Résidence de la famille, domicile choisi d'un commun accord par les époux. Résidence surveillée, obligation faite à une personne jugée dangereuse pour l'ordre public de résider en un lieu fixé par l'autorité publique et de subir un contrôle limitant sa liberté de déplacement. ● résidence (synonymes) nom féminin (latin médiéval residentia, du latin classique residere, séjourner) Fait de demeurer habituellement en un lieu déterminé ; cette habitation...
Synonymes :
Résidence mobile
Synonymes :
Droit. Résidence de la famille
Synonymes :

résidence
n. f.
d1./d Fait de résider dans un lieu; ce lieu. Avoir sa résidence à la campagne.
|| DR Lieu où l'on réside de fait (par oppos. à domicile, lieu où l'on réside de droit).
|| Résidence forcée: lieu de séjour imposé à qqn par mesure administrative.
d2./d Séjour obligé d'un fonctionnaire, d'un ecclésiastique, dans le lieu où il exerce ses fonctions.
d3./d Fonction ou lieu d'habitation d'un résident (sens 2).
|| HIST Dans les colonies belges, siège des services d'un résident.
d4./d Bâtiment d'habitation confortable, plus ou moins luxueux.
|| (Afr. subsah.) La résidence: l'habitation officielle d'une haute autorité administrative.

⇒RÉSIDENCE, subst. fém.
A. — 1. Fait de demeurer habituellement dans un lieu; p. méton., ce lieu, demeure habituelle et fixe. Synon. habitation, séjour. Avoir, fixer sa résidence quelque part; changer de résidence; être en résidence à. Je suis revenu souvent dans notre France, mais sans y désirer une résidence trop longue (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 272):
Par goût et par convenance ma vie privée est très simple. J'ai établi ma résidence à la villa des Oliviers, où ma femme m'a rejoint, ainsi qu'Anne dont l'état de santé nous attriste toujours autant...
DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 173.
En partic.
Vieilli ou littér. Fait de demeurer chez soi et en particulier de garder la chambre. La résidence dans la maison située au milieu d'une pluie égale et continue, avait la glissante douceur, le silence calmant, tout l'intérêt d'une navigation (PROUST, Prisonn., 1922, p. 82). Littér. Résidence dernière, funèbre. Tombe. On établit à grand soin la résidence funèbre, de peur que l'esprit, s'y trouvant mal, n'aille errer ailleurs (CLAUDEL, Connaiss. Est, 1907, p. 42).
Loc. verb., vx. Faire résidence (quelque part). Séjourner. Faire résidence à la cour. Pour être bourgeois d'une ville, il faudrait réellement y avoir fait résidence (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 110).
ETHNOL. Lieu d'habitation de jeunes époux, déterminé par le lien de parenté qui unit l'un d'eux à la personne ou au groupe avec lequel ils partagent une même maison ou un même village. Résidence matrilocale, patrilocale, uxorilocale, virilocale.
P. anal., littér. [À propos d'un animal] Synon. habitation, domicile. Il est impossible qu'un scorpion ait fixé sa résidence et ses pinces aiguës au fond de mon orbite hachée; je crois plutôt que ce sont des tenailles vigoureuses qui broient les nerfs optiques (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 225).
Au fig., rare. Action, fait de résider dans quelque chose (v. résider B). Ces passions nommées amour, amitié, haine, etc., ont leur siége et leur résidence en nous, existent subjectivement en nous, à tel point que si elles n'étaient pas en nous, bien qu'invisibles, nous ne serions pas (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 254).
2. DR. ,,Lieu où se trouve en fait une personne`` (Jur. 1971). On oppose la résidence au domicile qui est le lieu où elle est située en droit (Jur. 1971). On peut avoir plusieurs résidences mais on ne peut avoir qu'un domicile (DUPRÉ 1972).
Résidence principale. Lieu où une personne habite la majeure partie du temps ou officiellement. Condé l'habita [le Palais-Bourbon] d'abord en 1777 et quoiqu'il n'en fît pas sa résidence principale il continua de l'agrandir et d'y dépenser sans compter (LIDDERDALE, Parlement fr., 1954, p. 134).
Résidence secondaire. V. infra C.
Résidence surveillée. ,,Mesure préventive de police consistant dans l'obligation faite à une personne jugée dangereuse pour l'ordre public de résider dans un lieu fixé par l'autorité publique et de subir un contrôle limitant sa liberté de déplacement`` (DEBB.-DAUDET Pol. 1981); p. méton., le lieu lui-même. Les leaders nationalistes tunisiens (...) ont été appréhendés hier matin à Tunis et placés en résidence surveillée (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 1, col. 4-5).
Assignation à résidence. V. assignation I C.
3. [À propos d'un ecclésiastique, d'un fonctionnaire] Obligation de demeurer de façon habituelle dans le lieu où l'on exerce ses fonctions; séjour effectif et obligatoire dans un lieu; p. méton., durée de ce séjour. Emploi, charge qui demande résidence; obliger (qqn) à (la) résidence; règle de la résidence. La fonction de préfet est incompatible avec les fonctions électives (...), étant donnée sa résidence obligatoire, de se rendre, le moment voulu, au siège de l'assemblée élective (BARADAT, Organ. préfect., 1907, p. 58). René du Bellay (...) conféra à Rabelais la cure de Saint-Christophe-du-Jambet (...) dont l'ancien médecin de Langey touchait le revenu, sans être tenu à la résidence (A. FRANCE, Rabelais, 1909, p. 125).
B. — En partic. Lieu où réside un personnage revêtu de fonctions officielles. Résidence impériale, papale, présidentielle, princière; résidence d'été, d'hiver. Nous autres Français, qui avons Versailles, Saint-Cloud, qui avons eu Marly, nous sommes difficiles en fait de résidences royales (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 113). [Le président du conseil] a une résidence officielle dans l'enceinte de l'Assemblée à l'ancien hôtel de Lassay (LIDDERDALE, Parlement fr., 1954, p. 114).
C. — Lieu construit, généralement luxueux ou considéré comme tel, où l'on réside. Une somptueuse résidence. Plus d'un, en apercevant ces coquettes résidences, si tranquilles, enviait d'en être le propriétaire (FLAUB., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 4). La plupart des grandes résidences londoniennes et des châteaux anglais renferment de magnifiques meubles et tableaux français des dix-septième et dix-huitième siècles (MORAND, Londres, 1933, p. 185). P. métaph. Damas, une des patries de l'imagination, une des résidences de la poésie, un des hauts châteaux de la littérature (BARRÈS, Cahiers, t. 10, 1914, p. 344).
LANG. COMM. ET PUBLICITAIRE (des agents immobiliers, des urbanistes). Immeuble ou groupe d'immeubles présentant un certain luxe ou confort et le plus souvent placés sous le régime de la copropriété. Résidence Bel Air; résidence avec jardin, piscine. On oppose usuellement les « résidences » qui sont des groupes d'immeubles de grand luxe, dont on soigne l'environnement décoratif, aux ensembles d'habitations à loyers modérés (habitat de classe moyenne et de travailleurs) (GEORGE 1970). V. résident II A ex. de Mode de Paris.
Résidence (de retraite). Maison de retraite. Une formule nouvelle [pour les retraités] (...): la résidence collective, appelée résidence de retraite quand elle est en ville, et village de retraite quand elle est à la campagne (Le Figaro littér., 7 avr. 1966, p. 3, col. 1).
Résidence secondaire. Seconde habitation, à la campagne, à la mer ou à la montagne, dans laquelle on séjourne surtout pendant les vacances, les week-ends. Acheter une résidence secondaire. Sans doute la vie dans les villes est-elle artificielle (...). Et si l'artifice devient trop pesant, le citadin a la ressource du sport, du camping, de la résidence secondaire (L'Express, 3 oct. 1966, p. 101, col. 3).
D. — HIST. Charge de résident (v. ce mot B); p. méton., ensemble des services qui l'entourent ou parlent en son nom, lieu (bâtiment, ville) où habite un résident, où se tiennent ses services. La Résidence de Rabat. La Résidence générale [de Tunis] (...) a justifié par les troubles de ces jours derniers les mesures administratives ainsi prises à l'égard de M. Bourguiba (Le Monde, 19 janv. 1952, p. 1, col. 4-5).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1260-70 [date du ms.] « séjour actuel et obligé d'un évêque dans le lieu où il exerce ses fonctions » (Saint Edmond, 373 ds Romania t. 55, p. 350); 2. 1283 « demeure ordinaire en quelque ville, en quelque pays » (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, 25, 17 ds T.-L.); 3. 1553 « charge d'un résident » (Négociations de la France dans le Levant, éd. E. Charrière, t. 2, p. 279); 4. 1689 état de résidence « le fait de garder la chambre » (SÉVIGNÉ, Lettres, éd. Monmerqué, t. 8, p. 409); 5. 1694 « lieu de la résidence officielle d'un prince » (Ac.); 1834 résidence royale (DUMAS père, Catherine Howard, II, 4e tbl., 1, p. 253); 6. 1825 « lieu construit où l'on réside » (MÉRIMÉE, Clara Gazul, p. 233). Empr. au lat. residentia, dér. de residere (résider). Fréq. abs. littér.:433. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 732, b) 722; XXe s.: a) 424, b) 574. Bbg. BRÜHL (C.R.). Rem. sur les not. de capitale et de résidence pendant le Haut Moy. Âge. Journal des Savants. 1967, pp. 193-215.

résidence [ʀezidɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1271; du lat. residentia, de residere. → Résider.
1 Séjour effectif et obligatoire (en un lieu); obligation de résider. || Emploi, charge qui demande résidence, oblige à (la) résidence. || La résidence d'un magistrat, d'un évêque, d'un curé.Hist. || Bénéfice à charge de résidence.Par ext. Durée de ce séjour (→ Racontage, cit.).
Spécialt. || Assignation à résidence. || Assigner qqn à résidence. || Résidence forcée, surveillée (d'une personne astreinte par décision de justice à rester dans un lieu).Anciennt. || Résidence du forçat après sa peine. Doublage.
2 (1283). Le fait de demeurer habituellement en un lieu; ce lieu. Demeure, habitation, séjour. || La résidence de qqn quelque part. || Durant les cinq ans de ma résidence (→ Localité, cit. 2).(1689). Vx. || Faire résidence en un lieu, à la cour. || Faire « fort peu de résidence » (Molière, le Misanthrope, III, 5) : y résider fort peu.Avoir, établir, fixer sa résidence quelque part. || Changer sa résidence : se transporter ailleurs ( aussi Siège).
1 Les maisons semblaient être de résidence bourgeoise. Leur architecture, sans présenter rien de bien saisissant, donnait un sentiment d'aisance et de solidité.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. VIII, IX, p. 96.
Ethnol. Localisation de l'habitat d'un couple de nouveaux mariés, déterminée par le système en vigueur dans la société considérée. || La règle de résidence se définit en fonction du lien parental qui unit l'un des deux époux avec la personne ou le groupe familial près duquel s'établira le couple. || Résidence amitalocale, avunculocale; matrilocale, patrilocale; uxorilocale, virilocale; résidence alternée; résidence bilocale, néolocale. || La résidence néolocale est le type de résidence le plus courant dans les sociétés occidentales. || Relation entre règle de résidence et règle de filiation. Parenté; dysharmonique, harmonique.
(1804). Lieu où une personne habite effectivement durant un certain temps (ou a un centre d'affaires, d'activités), sans y avoir nécessairement son domicile (→ Absence, cit. 13; femme, cit. 118). || Certificat de résidence.La résidence principale; résidence secondaire de qqn (→ ci-dessous 4. : une résidence secondaire).
2 Il y avait des journalistes socialistes, mais le candidat rouge n'était pas encore arrivé de Marseille. La plupart d'ailleurs n'avaient pas le temps de résidence nécessaire pour voter.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XV.
3 (1690). Lieu où réside officiellement un prince (ville, État…).(1846). || Résidences royales : châteaux de la Couronne. Château, palais. || Résidences princières (→ Gazon, cit. 4). || L'Élysée, résidence du président de la République. || Résidence d'été, d'hiver (→ 1. Noyer, cit. 13).
4 (1840). Lieu construit, généralement luxueux ou se prétendant tel, où l'on réside. Demeure, logement, maison. || Une somptueuse résidence. Résidentiel.
3 (…) Montcornet (…) est devenu (…) le propriétaire d'un magnifique château dans le Morvan. Il reçoit dans cette résidence princière le feuilletonniste d'un de nos grands journaux (…)
Moniteur de l'Armée, 13 déc. 1844, in Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 314.
(XXe). Cour. || Résidence secondaire : maison de campagne, de vacances ou de week-end. || Il possède une résidence secondaire. || « En France, on recense aujourd'hui [x] résidences secondaires : (…) la maison de campagne, l'appartement à la neige ou la résidence d'été dans le Midi » (le Nouvel Obs., 26 juin 1978).
(V. 1955). Groupe d'immeubles résidentiels assez luxueux. || La Résidence X… || « Dans la résidence se construisent une piscine, des courts de tennis, un club-house avec une garderie » (Vie et Langage, janv. 1970).
(V. 1970). || Résidence-hôtel : immeuble se composant d'appartements (avec cuisine et équipements complets), mais disposant de services hôteliers : bar, restauration, boutiques, etc. (d'après l'Express, 21 mars 1981, p. 191).
5 (Déb. XXe; autre sens, 1690). Hist. Charge de résident (1.); lieu (ville, bâtiments) où habite un résident, où se tiennent ses services. || La Résidence de Rabat (à l'époque du protectorat). Résident (2.).
DÉR. Résidentiel.
COMP. Non-résidence.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • residence — res·i·dence / re zə dəns/ n 1: the act or fact of living in a place 2 a: the place where one actually lives as distinguished from a domicile or place of temporary sojourn a person can have more than one residence but only one domicile ◇ A… …   Law dictionary

  • residence — Residence. s. f. v. Demeure ordinaire en quelque ville, en quelque païs. Il fait sa residence en tel lieu, c est sa residence ordinaire. Residence, se dit aussi, Du sejour actuel & perpetuel d un Officier, ou d un Beneficier dans le lieu de sa… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Residence — Résidence Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Residence — Res i*dence (r?z ? dens), n. [F. r[ e]sidence. See {Resident}.] 1. The act or fact of residing, abiding, or dwelling in a place for some continuance of time; as, the residence of an American in France or Italy for a year. [1913 Webster] The… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • residence — Residence, Assiduitas, cui Desyderium opponitur. Bud. ex Cicerone. Qui doibt residence, Assiduus. B. Qui fait residence, Assiduus sacerdos. B. Obtenir non residence, Redimere assiduum obsequium, vel ministerium, vel functionem, Impetrare gratiam… …   Thresor de la langue françoyse

  • Residence R.T.A. K2 — (Foppolo,Италия) Категория отеля: Адрес: Via Foppelle 42, 24010 Foppolo, Италия …   Каталог отелей

  • Residence 30 — (Бухарест,Румыния) Категория отеля: Адрес: Strada Dristorului 97 119, 031534 Бухарест …   Каталог отелей

  • Residence & U — (Goyang,Южная Корея) Категория отеля: 2 звездочный отель Адрес: 771 1 Janghang dong, I …   Каталог отелей

  • residence — ► NOUN 1) the fact of residing somewhere. 2) the place where a person resides; a person s home. 3) the official house of a government minister or other official figure. ● artist (or writer) in residence Cf. ↑writer in residence …   English terms dictionary

  • Residence — (Ханау на Майне,Германия) Категория отеля: 3 звездочный отель Адрес: Krämerstr. 30 34, 63450 Ханау н …   Каталог отелей